Les problèmes urinaires
Les symptômes
  • Votre lapin a du mal à uriner (= dysurie).
  • Il a des urines très sableuses (Exemple).
  • Il a du sang dans les urines (= hématurie). A ne pas confondre avec des urines foncées sans gravité. A noter que les lapines n'ont pas leurs règles. Des écoulements de sang sont toujours anormaux chez le lapin.
  • Il devient incontinent sans raison comportementale.
  • Il n'urine plus du tout (= anurie).
  • Il est souillé au niveau de l'arrière train.
  • Il semble souffrir, et parfois perd l'appétit.
La gravité
  • Les urines foncées résultent le plus souvent de l'oxydation après être restées à l'air libre. Certains légumes (notamment les pissenlits) peuvent également colorer les urines de façon très orangée / bordeaux. En cas de doute concernant la présence de sang, une consultation chez le vétérinaire doit se faire rapidement.
  • La présence de boue urinaire nécessite une consultation rapide chez un vétérinaire NAC.
  • L'incontinence nécessite des investigations. Si le lapin est souillé, il est possible de le nettoyer avec un gant humide : éviter de baigner entièrement votre lapin et d'utiliser des produits non prescrits par votre vétérinaire. Le nettoyer peut être utile (bain de siège puis bien sécher), jusqu'au rendez-vous, mais cela ne dispense pas d'une consultation afin de trouver la cause.
  • La difficulté à uriner, la souffrance apparente du lapin ainsi que la perte d'appétit doivent inciter à une consultation en urgence. Des lésions irréversibles au niveau des reins peuvent apparaitre.
Les causes
Il existe plusieurs causes :
  1. Les malformations génétiques : le lapin naît avec des dysfonctionnements de l'appareil urinaire.
  2. Un manque d'hydratation : le calcium devient problématique lorsqu'il n'est pas évacué. La présence d'un biberon délivrant l'eau au goutte à goutte tend à diminuer la prise de boisson. De plus, certains lapins, malgré la présence d'une gamelle d'eau facile d'accès n'ont pas le réflexe de boire suffisament.
  3. Un manque d'exercice : il prédispose à une sédimentation dans la vessie. Les lapins passant plusieurs heures en cage sont donc à risque.
  4. Un trop fort apport en calcium dans l'alimentation : il conduit mathématiquement à une élimination du calcium plus importante dans les urines mais n'est généralement pas la seule cause de formation de calculs urinaires. Les pierres minérales, le foin de luzerne ainsi que les granulés en grande quantité chez l'adulte peuvent se révéler problématiques (calculateur de granulés).
  5. Un apport trop important en vitamine D, en phosphore ou en protéine. Ils favorisent l’apparition de cristaux.
  6. Un surpoids du lapin : il aggrave le risque de formation des calculs.
  7. Une infection bactérienne : elle peut provoquer une obstruction des voies urinaires (ce qui entraine la formation de calculs).
  8. L'Encéphalitozoonose : cette maladie étant connue principalement pour provoquer une tête penchée et une perte d'équilibre peut également occasionner des problèmes urinaires.
A noter que la chasse au calcium de manière excessive, qui est souvent le 1er réflexe, peut alors être source de carences et devenir contreproductive.

Les vérifications du vétérinaire
Les vérifications sont importantes car les propriétaires de lapins peuvent vite stresser en cas d'urine à l'aspect inhabituel. Il n'est pas utile de traiter un lapin ou de lui imposer un régime strict si le propriétaire s'est alarmé un peu trop vite.

Votre vétérinaire va commencer par vous poser quelques questions sur l'apparence des urines et sur le comportement de votre lapin, ainsi que sur son alimentation.
Pour vérifier quel est le problème concernant votre lapin, il procèdera à des analyses urinaires :
  • L'étude du culot urinaire permet de vérifier la présence de cristaux.
  • L'ECBU (examen cytobactériologique des urines) permet de détecter la présence de bactérie. Un antibiogramme sera réalisé pour mettre en évidence les antibiotiques qui répondent à la bactérie.
Une prise de sang de contrôle doit également être réalisée pour vérifier les paramètres urinaires (urée, créatinine, calcium, phosphore). En cas de suspicion d'Encéphalitozoonose, la vérification d'E.cuniculi est importante.
Résultat d'un lapin en pleine crise d'Encéphalitozoonose :

Une radio permet de confirmer ou non la présence de calcul urinaire (= urolithiase), et l'échographie permet de visualiser encore mieux ce qu'il se passe dans la vessie. Le nombre et la localisation des calculs doivent absolument être connus avant toute opération.

Les traitements
  • Si les paramètres urinaires de la prise de sang sont mauvais, la fluidothérapie est nécessaire (= réhydratation par perfusion).
  • En cas de calculs, une opération appelée cystotomie permet de les extraire en ouvrant la vessie (Photo d'un gros calcul). Chez la femelle, l'ouverture urétrale étant plus grande que chez le mâle, une élimination naturelle peut être envisagée.
  • Une laparotomie (ouverture de l'abdomen par incision) doit être réalisée afin d'accéder à la vessie et pouvoir procéder à la cystotomie.
  • Lorsqu'il y a un seul calcul de petite taille, une opération moins lourdre appelée cystoscopie peut être envisagée. Il s'agit de l’endoscopie des voies urinaires. Le principe est d'aller chercher le calcul en passant par les voies naturelles.
  • Le lapin va être sondé avant la cystoscopie ou la laparotomie afin d'éviter toute obstruction des voies urinaires qui pourrait conduire à la perforation de la vessie lors de l'opération.
  • Une néphrectomie, c'est à dire le retrait d'un rein, peut être envisagée si celui-ci n'est plus fonctionnel.
  • Des antidouleurs vont permettre au lapin de moins souffrir de ses problèmes urinaires.
  • Si une bactérie a été trouvée, un antibiotique sera prescrit en fonction des résultats de l'antibiogramme.
  • En cas de sérologie positive à l'E.cuniculi, un traitement à base de Panacur de minimum 28 jours va être prescrit.
  • Des compléments alimentaires peuvent être conseillés en complément d'une alimation réduite en calcium.
"Dans l'état actuel des connaissances, on n'a pas encore réussi à prouver indiscutablement qu'un haut taux de calcium alimentaire était toujours associé à une infection urinaire. Par contre, il a été prouvé qu'une ration correctement dosée en calcium permettait de limiter fortement la sablose urinaire et diminuait donc un certain nombre de pathologies possibles. A contrario, toutes les tentatives de mise au point d'une alimentation pauvre en calcium et/ou en vitamine D pour les lapins ont réussi à diminuer fortement la sablose urinaire mais furent responsables de maladies métaboliques des os et de gros problèmes dentaires." Clinique Brasseur.
Comment éviter cela ?
  • Ne donnez pas de pierre minérale / bloc de calcium.
  • Ne donnez pas de foin de luzerne chez l'adulte.
  • Ne donnez pas des granulés dans des quantités hors normes chez l'adulte (sauf raison médicale) : voir le calculateur de granulés.
  • Choisissez de préférence une eau pauvre en calcium, type Mont Roucous, Volcania ou Volvic.
  • Hydratez bien votre lapin : privilégiez la gamelle d'eau plutôt que le biberon, donnez les légumes mouillés (si le lapin y est habitué), et incitez-le à boire le plus possible.
  • Distribuez des légumes diurétiques afin d'éliminer plus facilement le calcium. Le pissenlit, le céleri branche, le fenouil... sont des légumes diurétiques.
  • Ne faites pas vivre votre lapin en cage, même "juste la nuit" et "dans une cage à double étage". Les lapins doivent pouvoir courir, le calcium ne doit pas stagner.
  • Ne faites pas la chasse au calcium dans les légumes : les taux restent très faibles comparés au reste : voir le calculateur de calcium. Une carence en calcium peut être dangereuse, en impactant entre autres les dents.
  • Variez les foins si vous le pouvez, et donnez avant tout ceux que votre lapin préfère. Le foin de Crau a parfois mauvaise réputation : il est pourtant souvent très apprécié et regroupe plein de plantes et donc tous leurs bienfaits. Si vous avez choisi une alimentation sans granulés, donner du foin de Crau n'est pas du tout dramatique. Il permet au contraire d'éviter les carences. Bannissez le foin de Crau seulement en cas de problème urinaire avéré et si vous ne pouvez faire autrement.
  • Evitez le surpoids chez votre lapin.
Le manque d'hydratation et d'exercice font stagner le calcium et contribuent à la formation de calculs urinaires. Diminuer drastiquement le calcium permet en général d'améliorer la situation puisque même si le lapin est déshydraté et sédentaire, il n'a plus suffisamment de calcium pour fabriquer des cristaux.
Bien entendu, cela n'est pas la solution à priviliger puisqu'une carence en calcium peut aussi s'avérer dangereuse. Il vaut mieux miser sur un apport correct (légumes variés, foins variés, granulés à petite dose voire supprimés, eau Mont Roucous) et augmenter l'hydratation et l'exercice afin d'éliminer correctement le calcium ingéré.
L'hydratation et l'exercice sont également des atouts pour éviter les arrêts de transit. Ce sont 2 pilliers de la bonne santé chez le lapin.
  • Votre lapin a du mal à uriner (= dysurie).
  • Il a des urines très sableuses (Exemple).
  • Il a du sang dans les urines (= hématurie). A ne pas confondre avec des urines foncées sans gravité. A noter que les lapines n'ont pas leurs règles. Des écoulements de sang sont toujours anormaux chez le lapin.
  • Il devient incontinent sans raison comportementale.
  • Il n'urine plus du tout (= anurie).
  • Il est souillé au niveau de l'arrière train.
  • Il semble souffrir, et parfois perd l'appétit.
  • Les urines foncées résultent le plus souvent de l'oxydation après être restées à l'air libre. Certains légumes (notamment les pissenlits) peuvent également colorer les urines de façon très orangée / bordeaux. En cas de doute concernant la présence de sang, une consultation chez le vétérinaire doit se faire rapidement.
  • La présence de boue urinaire nécessite une consultation rapide chez un vétérinaire NAC.
  • L'incontinence nécessite des investigations. Si le lapin est souillé, il est possible de le nettoyer avec un gant humide : éviter de baigner entièrement votre lapin et d'utiliser des produits non prescrits par votre vétérinaire. Le nettoyer peut être utile jusqu'au rendez-vous (bain de siège puis bien sécher), mais cela ne dispense pas d'une consultation afin de trouver la cause.
  • La difficulté à uriner, la souffrance apparente du lapin ainsi que la perte d'appétit doivent inciter à une consultation en urgence. Des lésions irréversibles au niveau des reins peuvent apparaitre.
Il existe plusieurs causes :
  1. Les malformations génétiques : le lapin naît avec des dysfonctionnements de l'appareil urinaire.
  2. Un manque d'hydratation : le calcium devient problématique lorsqu'il n'est pas évacué. La présence d'un biberon délivrant l'eau au goutte à goutte tend à diminuer la prise de boisson. De plus, certains lapins, malgré la présence d'une gamelle d'eau facile d'accès n'ont pas le réflexe de boire suffisament.
  3. Un manque d'exercice : il prédispose à une sédimentation dans la vessie. Les lapins passant plusieurs heures en cage sont donc à risque.
  4. Un trop fort apport en calcium dans l'alimentation : il conduit mathématiquement à une élimination du calcium plus importante dans les urines mais n'est généralement pas la seule cause de formation de calculs urinaires. Les pierres minérales, le foin de luzerne ainsi que les granulés en grande quantité chez l'adulte peuvent se révéler problématiques calculateur de granulés.
  5. Un apport trop important en vitamine D, en phosphore ou en protéine. Ils favorisent l’apparition de cristaux.
  6. Un surpoids du lapin : il aggrave le risque de formation des calculs.
  7. Une infection bactérienne : elle peut provoquer une obstruction des voies urinaires (ce qui entraine la formation de calculs).
  8. L'Encéphalitozoonose : cette maladie étant connue principalement pour provoquer une tête penchée et une perte d'équilibre peut également occasionner des problèmes urinaires.
A noter que la chasse au calcium de manière excessive, qui est souvent le 1er réflexe, peut alors être source de carences et devenir contreproductive.

Les vérifications sont importantes car les propriétaires de lapins peuvent vite stresser en cas d'urine à l'aspect inhabituel. Il n'est pas utile de traiter un lapin ou de lui imposer un régime strict si le propriétaire s'est alarmé un peu trop vite.

Votre vétérinaire va commencer par vous poser quelques questions sur l'apparence des urines et sur le comportement de votre lapin, ainsi que sur son alimentation.
Pour vérifier quel est le problème concernant votre lapin, il procèdera à des analyses urinaires :
  • L'étude du culot urinaire permet de vérifier la présence de cristaux.
  • L'ECBU (examen cytobactériologique des urines) permet de détecter la présence de bactérie. Un antibiogramme sera réalisé pour mettre en évidence les antibiotiques qui répondent à la bactérie.
Une prise de sang de contrôle doit également être réalisée pour vérifier les paramètres urinaires (urée, créatinine, calcium, phosphore). En cas de suspicion d'Encéphalitozoonose, la vérification d'E.cuniculi est importante.
Résultat d'un lapin en pleine crise d'Encéphalitozoonose :

Une radio permet de confirmer ou non la présence de calcul urinaire (= urolithiase), et l'échographie permet de visualiser encore mieux ce qu'il se passe dans la vessie. Le nombre et la localisation des calculs doivent absolument être connus avant toute opération.

  • Si les paramètres urinaires de la prise de sang sont mauvais, la fluidothérapie est nécessaire (= réhydratation par perfusion).
  • En cas de calculs, une opération appelée cystotomie permet de les extraire en ouvrant la vessie (Photo d'un gros calcul). Chez la femelle, l'ouverture urétrale étant plus grande que chez le mâle, une élimination naturelle peut être envisagée.
  • Une laparotomie (ouverture de l'abdomen par incision) doit être réalisée afin d'accéder à la vessie et pouvoir procéder à la cystotomie.
  • Lorsqu'il y a un seul calcul de petite taille, une opération moins lourdre appelée cystoscopie peut être envisagée. Il s'agit de l’endoscopie des voies urinaires. Le principe est d'aller chercher le calcul en passant par les voies naturelles.
  • Le lapin va être sondé avant la cystoscopie ou la laparotomie afin d'éviter toute obstruction des voies urinaires qui pourrait conduire à la perforation de la vessie lors de l'opération.
  • Une néphrectomie, c'est à dire le retrait d'un rein, peut être envisagée si celui-ci n'est plus fonctionnel.
  • Des antidouleurs vont permettre au lapin de moins souffrir de ses problèmes urinaires.
  • Si une bactérie a été trouvée, un antibiotique sera prescrit en fonction des résultats de l'antibiogramme.
  • En cas de sérologie positive à l'E.cuniculi, un traitement à base de Panacur de minimum 28 jours va être prescrit.
  • Des compléments alimentaires peuvent être conseillés en complément d'une alimation réduite en calcium.
"Dans l'état actuel des connaissances, on n'a pas encore réussi à prouver indiscutablement qu'un haut taux de calcium alimentaire était toujours associé à une infection urinaire. Par contre, il a été prouvé qu'une ration correctement dosée en calcium permettait de limiter fortement la sablose urinaire et diminuait donc un certain nombre de pathologies possibles. A contrario, toutes les tentatives de mise au point d'une alimentation pauvre en calcium et/ou en vitamine D pour les lapins ont réussi à diminuer fortement la sablose urinaire mais furent responsables de maladies métaboliques des os et de gros problèmes dentaires." Clinique Brasseur.
  • Ne donnez pas de pierre minérale / bloc de calcium.
  • Ne donnez pas de foin de luzerne chez l'adulte.
  • Ne donnez pas des granulés dans des quantités hors normes chez l'adulte (sauf raison médicale) : voir le calculateur de granulés.
  • Choisissez de préférence une eau pauvre en calcium, type Mont Roucous, Volcania ou Volvic.
  • Hydratez bien votre lapin : privilégiez la gamelle d'eau plutôt que le biberon, donnez les légumes mouillés (si le lapin y est habitué), et incitez-le à boire le plus possible.
  • Distribuez des légumes diurétiques afin d'éliminer plus facilement le calcium. Le pissenlit, le céleri branche, le fenouil... sont des légumes diurétiques.
  • Ne faites pas vivre votre lapin en cage, même "juste la nuit" et "dans une cage à double étage". Les lapins doivent pouvoir courir, le calcium ne doit pas stagner.
  • Ne faites pas la chasse au calcium dans les légumes : les taux restent très faibles comparés au reste : voir le calculateur de calcium. Une carence en calcium peut être dangereuse, en impactant entre autres les dents.
  • Variez les foins si vous le pouvez, et donnez avant tout ceux que votre lapin préfère. Le foin de Crau a parfois mauvaise réputation : il est pourtant souvent très apprécié et regroupe plein de plantes et donc tous leurs bienfaits. Si vous avez choisi une alimentation sans granulés, donner du foin de Crau n'est pas du tout dramatique. Il permet au contraire d'éviter les carences. Bannissez le foin de Crau seulement en cas de problème urinaire avéré et si vous ne pouvez faire autrement.
  • Evitez le surpoids chez votre lapin.
Le manque d'hydratation et d'exercice font stagner le calcium et contribuent à la formation de calculs urinaires. Diminuer drastiquement le calcium permet en général d'améliorer la situation puisque même si le lapin est déshydraté et sédentaire, il n'a plus suffisamment de calcium pour fabriquer des cristaux.
Bien entendu, cela n'est pas la solution à priviliger puisqu'une carence en calcium peut aussi s'avérer dangereuse. Il vaut mieux miser sur un apport correct (légumes variés, foins variés, granulés à petite dose voire supprimés, eau Mont Roucous) et augmenter l'hydratation et l'exercice afin d'éliminer correctement le calcium ingéré.
L'hydratation et l'exercice sont également des atouts pour éviter les arrêts de transit. Ce sont 2 pilliers de la bonne santé chez le lapin.