A qui est destiné le lapin ?
Le lapin est un animal encore beaucoup offert aux enfants. Souvent considéré comme une peluche alors qu'il n'en est rien, c'est la cause de beaucoup d'abandons. Ce qu'il faut savoir :
  • Le lapin en tant que proie n'aime pas être porté. Cela peut être frustrant pour un enfant, et il peut faire tomber le lapin et lui faire très mal s'il se débat.
  • Le lapin est un animal allergène, comme le chat. Vous pouvez être allergique à l'un mais pas à l'autre. Les moyens de le savoir sont soit d'être exposé (en allant chez quelqu'un qui a des lapins par exemple), soit de faire des tests chez un allergologue. Il faut donc s'assurer qu'aucun membre de la famille ne soit allergique.
  • Le lapin est un animal complexe, l'enfant ne peut pas tout gérer lui même : l'alimentation, les rdv vétos, la sécurisation de l'habitat... Il peut participer à ces choses mais sous la direction d'un adulte.
  • Les lapins ne sont pas des peluches sans caractère, bien au contraire ! Certains peuvent mordre lorsqu'on les embête, parfois ils peuvent grogner voire charger s'ils se sentent en danger. Ce n'est pas parce que les lapins ont une bouille d'ange que cela dispense d'une surveillance au contact des enfants.
  • Le lapin est un animal tout à fait adapté aux adultes. Ce n'est pas un animal sans intérêt qui convient aux enfants, et qui devient inintéressant lorsque l'on grandit. Bien au contraire !
Une mauvaise idée de prendre un lapin pour un enfant ?
La configuration valable, c'est que les adultes soient emballés à l'idée d'avoir un lapin, et cela pour eux-même avant que ce soit pour l'enfant. Qu'ils soient prêts à s'en occuper pendant les 10 ans de vie du lapin, même si l'enfant s'en désintéresse au bout d'une semaine. Qu'ils aient conscience que l'animal est en fait à eux, et que eux seuls en ont la responsibilité. Le fait de dire à l'enfant que c'est son animal permet de le responsabiliser. Mais le lapin reste avant tout la contrainte des adultes, et ils ne doivent jamais l'oublier. Quand l'enfant deviendra adolescent, ou qu'il partira faire ses études, le lapin sera peut-être toujours vivant. Et ce n'est pas une solution de vouloir abandonner un animal âgé qui aura énormément de mal à retrouver une famille.
Les contraintes
Le lapin est encore méconnu, et peut sembler facile au quotidien. Certains peuvent se "rabattre" sur le lapin parce qu'un chien ou un chat parait trop contraignant. Le problème, c'est que le lapin est autant voire plus contraignant qu'un chat.
  • Il doit manger des légumes frais tous les jours. Cela a un coût bien évidemment, et cela demande une organisation. Devoir faire les courses régulièrement, sacrifier une partie de son frigo pour les conserver... Certaines familles en viennent à acheter un frigo plus grand voire un 2ème frigo.
  • Le lapin mange beaucoup de foin, là aussi il faut stocker des paquets pour ne jamais manquer. Et manger beaucoup implique beaucoup de litière aussi à acheter... Bref tout ça a un coût non négligeable et prend de la place. Sachant que plus vous achèterez en gros, plus ça vous prendra de la place mais plus vous ferez des économies.
  • Le lapin ne vit pas en cage. C'est une solution de facilité, comme l'on mettrait un chat en cage pour qu'il ne fasse pas ses griffes sur le canapé et ne fasse pas pipi partout. Ce n'est pas une solution pour l'animal... Le lapin s'éduque, mais il faut de la patience et être prêt à ranger les affaires auxquelles on tient. Si on voulait un chat et qu'on s'est rabatu sur le lapin parce qu'on ne veut pas éduquer, et bien c'est râté ! Cela fait cependant du lapin un animal bien plus intéressant qu'une boule de poils qui tourne en ronds dans sa cage, à la manière d'un poisson dans son bocal. Plus intéressant mais du coup plus contraignant.
  • Le lapin fera de la saleté. Au début, il faudra lui apprendre la propreté en litière. Certains y arrivent tout de suite, pour d'autres ça prend un peu plus de temps... Une fois le lapin propre, vous aurez cependant du foin (voire de la litière), qui voltigera partout, qui se collera sous vos chausettes et que vous embarquerez dans toutes les pièces. Ou votre lapin qui jouera avec et en emmènera avec lui. Pour éviter la destruction de vos affaires et l'éduquer, il vous faudra des jouets. Cela permettra qu'il ronge ses jeux en bois plutôt que vos meubles. Mais de la même manière, il éparpillera ses chutes de jouets à droite et à gauche. Bref, si vous êtes accro du ménage, et que vous n'êtes pas près à supporter un brin de foin sur votre sol immaculé, oubliez l'idée d'adopter un lapin. Et encore une fois, l'enfermer en cage n'est pas la solution...
Waou ! C'est beaucoup de contraintes
Le lapin est un animal très attachant qui vaut toutes les contraintes qui en découlent. Mais si vous voulez un animal qui ne prend pas de place, qui ne salit rien, et qui ne change aucune habitude, oubliez !
Le budget
Qu'on se le dise, le lapin est un animal qui coûte cher. Alors bien sûr si vous lui donnez de la nourriture bas de gamme, si vous l'enfermez en cage sans aucun jouet, et que vous n'allez jamais chez le véto, peu importe ce qu'il lui arrive, il ne vous coûtera pas grand chose. Mais dans ces conditions, ne prenez pas de lapin.
  • Si vous voulez un lapin en bonne santé, il vous faudra lui fournir une alimentation de qualité. Du bon foin, des légumes frais et éventuellement des granulés de qualité. Tout cela a un prix.
  • Si vous voulez un lapin, il vous faudra lui offrir le plus de liberté possible. Liberté va de pair avec la sécurisation de votre logement. Il vous faudra investir dans ce qu'il faut pour protéger vos fils électriques et tout autre objet dangereux.
  • Le lapin doit être vacciné tous les ans avec 2 vaccins. Et la stérilisation est aussi primordiale... Ces prestastions sont réalisées par un vétérinaire spécialisé en lapins. Et cette spécialité demandant plus d'études, les vétérinaires NAC sont plus chers que les vétérinaires classiques. Le lapin étant un animal fragile, vous aurez également des risques de devoir l'emmener en urgence pour soucis de santé, et ça va vite chiffrer.
Un lapin coûte donc cher ?
Si vous vous occupez de votre lapin comme il se doit, cela vous coûtera pas mal d'argent. Sachant que le lapin est un animal grégaire et que vous serez possiblement tentés de lui prendre un congénèraire. Le prix sera très vite multiplié par 2...
La cohabitation avec les autres animaux
Les lapins sont des proies, les cohabitations sont donc à ne pas prendre à la légère.
  • Si vous avez un furet, il est trop risqué d'adopter un lapin. Le furet est un prédateur très dangereux et ce serait chercher les problèmes.
  • Pour les chiens, cela dépend du caractère. Beaucoup de lapins vivent en liberté totale avec des chiens... Mais il faut être sûr qu'il n'ait pas un instinct de prédation trop développé. Si vous avez un chien qui risque de vouloir chasser le lapin, prévoyez soit une pièce à part où le chien n'a pas le droit d'aller. Soit ne prenez pas de lapin. Adopter une proie en sachant qu'elle risquera sa vie si elle n'est pas en cage toute la journée est très triste. N'oubliez pas que le lapin n'a pas demandé à venir chez vous. Si vous voulez adopter, c'est à vous d'avoir les conditions nécessaires pour.
  • Pour les chats, aussi surprenant que cela puisse paraitre, ce sont souvent les lapins qui font leur loi. Mais tout comme les chiens, si vous avez un chat qui a un fort instinct de prédateur, ne prenez pas un lapin pour qu'il finisse enfermé.
  • Pour les cochons d'inde, la cohabitation est déconseillée. Ils n'ont pas exactement la même alimentation, sont porteurs sain de maladies dangereuses pour l'autre espèce, et ne s'entendent pas toujours aussi bien que la légende le laisse entendre. Ne prenez pas un lapin pour tenir compagnie à votre cochon d'inde ! Les 2 espèces sont grégaires et ont chacune besoin d'un copain de leur propre espèce. Ce qui est assez triste, c'est que les cochons d'inde sont difficilement propres en litière ce qui rend la liberté totale très compliquée. Cette cohabitation lapin/cochon d'inde est donc assez injuste pour le lapin qui se trouve privé de liberté totale pour rester avec le cochon d'inde.
Adopter un lapin si on a déjà d'autres animaux ?
La cohabitation dépend donc des espèces présentes chez vous et de leur caractère. Vous seul connaissez vos animaux et savez si l'adoption est raisonnable. Avoir un plan B autre que l'abandon ou l'enfermement est toujours utile.
Les week-ends et vacances
Le lapin, contrairement au chat ne peut pas rester un week-end seul. Enfin vous pouvez le faire bien sûr, mais cela est justement beaucoup plus risqué. Le lapin est fragile et sa santé peut décliner très rapidement. Si par exemple, il refuse de manger, passé 24h, il est en danger de mort. Si vous partez un vendredi soir et qu'il tombe malade juste après votre départ, vous n'êtes pas sûr de le retrouver vivant le dimanche soir. Avoir un lapin implique donc de le faire garder ou d'avoir quelqu'un qui passe pour toute absence de plus d'une journée. Et ce n'est pas aussi simple qu'il y parait car tout le monde ne connait pas les lapins et n'a pas forcément envie d'avoir les contraintes citées plus haut, même pour un week-end...
Emmener son lapin avec soi ?
Les lapins ne sont en général pas très fan des voyages. Selon le caractère de votre lapin, il le supportera plus ou moins. Il faut aussi prévoir de pouvoir l'accueillir dans de bonnes conditions à l'arrivée. C'est selon vos préférences et son comportement. Mais vous devrez trouver une solution à chaque fois. Là aussi les abandons sont encore trop nombreux...
Etre mobile
En plus d'être assez chers, les vétérinaires spécialistes en lapins sont assez rares. Il y a de nombreux déserts médicaux. Cela vous laisse le choix d'aller :
  • soit chez un vétérinaire de proximité, avec une issue qui peut être fatale. En effet, le lapin est un animal compliqué à soigner. Ainsi, un vétérinaire formidable pour un chien ou un chat peut se révéler être un désastre pour les lapins.
  • Soit accepter de faire de la route pour aller chez un spécialiste qui saura faire les soins adaptés.
Il faut aussi savoir que les bons granulés et les jouets adaptés ne sont pas toujours évidents à trouver. Bien évidemment, les animaleries ont des rayons très bien fournis. Mais malgré le lapin dessiné en gros sur la plupart des paquets, beaucoup de produits sont en réalité de vrais poisons... Il vous faudra donc soit commander sur internet, où vous trouverez beaucoup plus facilement des produits corrects. Soit chercher dans plusieurs magasins avant de trouver ce qu'il faut...
Je n'ai pas de moyens de transports !
Avant d'adopter un lapin, c'est important de vous renseigner sur le vétérinaire compétent le plus proche. Si vous n'avez aucun moyen de vous y rendre, il parait déraisonnable d'adopter un lapin. En cas d'urgence vétérinaire, devoir le regarder agoniser serait affreux.
Quel intêret d'adopter un lapin alors ?
Parce que c'est un animal hyper attachant ! Il a sa propre façon de s'exprimer, de ses petits sauts de joie appelés "binkies" à ses jetages sur le côté pour la sieste appelés "flop"...
Il n'y a pas besoin de le sortir comme un chien, ni d'hésiter à lui autoriser l'exérieur comme un chat, au risque qu'il ne revienne pas.
C'est un herbivore, parfaitement compatible avec le végétarisme et le véganisme.
Il peut faire des bêtises, seulement jusqu'à une certaine hauteur, contrairement au chat. Et ses crottes sont plus sympatiques à nettoyer.
En tant que proie, il faut apprendre la patience afin de mériter sa confiance. Ensuite, quelle relation extraordinaire !
Le lapin est un animal encore beaucoup offert aux enfants. Souvent considéré comme une peluche alors qu'il n'en est rien, c'est la cause de beaucoup d'abandons. Ce qu'il faut savoir :
  • Le lapin en tant que proie n'aime pas être porté. Cela peut être frustrant pour un enfant, et il peut faire tomber le lapin et lui faire très mal s'il se débat.
  • Le lapin est un animal allergène, comme le chat. Vous pouvez être allergique à l'un mais pas à l'autre. Les moyens de le savoir sont soit d'être exposé (en allant chez quelqu'un qui a des lapins par exemple), soit de faire des tests chez un allergologue. Il faut donc s'assurer qu'aucun membre de la famille ne soit allergique.
  • Le lapin est un animal complexe, l'enfant ne peut pas tout gérer lui même : l'alimentation, les rdv vétos, la sécurisation de l'habitat... Il peut participer à ces choses mais sous la direction d'un adulte.
  • Les lapins ne sont pas des peluches sans caractère, bien au contraire ! Certains peuvent mordre lorsqu'on les embête, parfois ils peuvent grogner voire charger s'ils se sentent en danger. Ce n'est pas parce que les lapins ont une bouille d'ange que cela dispense d'une surveillance au contact des enfants.
  • Le lapin est un animal tout à fait adapté aux adultes. Ce n'est pas un animal sans intérêt qui convient aux enfants, et qui devient inintéressant lorsque l'on grandit. Bien au contraire !
Une mauvaise idée de prendre un lapin pour un enfant ?
La configuration valable, c'est que les adultes soient emballés à l'idée d'avoir un lapin, et cela pour eux-même avant que ce soit pour l'enfant. Qu'ils soient prêts à s'en occuper pendant les 10 ans de vie du lapin, même si l'enfant s'en désintéresse au bout d'une semaine. Qu'ils aient conscience que l'animal est en fait à eux, et que eux seuls en ont la responsibilité. Le fait de dire à l'enfant que c'est son animal permet de le responsabiliser. Mais le lapin reste avant tout la contrainte des adultes, et ils ne doivent jamais l'oublier. Quand l'enfant deviendra adolescent, ou qu'il partira faire ses études, le lapin sera peut-être toujours vivant. Et ce n'est pas une solution de vouloir abandonner un animal âgé qui aura énormément de mal à retrouver une famille.
Le lapin est encore méconnu, et peut sembler facile au quotidien. Certains peuvent se "rabattre" sur le lapin parce qu'un chien ou un chat parait trop contraignant. Le problème, c'est que le lapin est autant voire plus contraignant qu'un chat.
  • Il doit manger des légumes frais tous les jours. Cela a un coût bien évidemment, et cela demande une organisation. Devoir faire les courses régulièrement, sacrifier une partie de son frigo pour les conserver... Certaines familles en viennent à acheter un frigo plus grand voire un 2ème frigo.
  • Le lapin mange beaucoup de foin, là aussi il faut stocker des paquets pour ne jamais manquer. Et manger beaucoup implique beaucoup de litière aussi à acheter... Bref tout ça a un coût non négligeable et prend de la place. Sachant que plus vous achèterez en gros, plus ça vous prendra de la place mais plus vous ferez des économies.
  • Le lapin ne vit pas en cage. C'est une solution de facilité, comme l'on mettrait un chat en cage pour qu'il ne fasse pas ses griffes sur le canapé et ne fasse pas pipi partout. Ce n'est pas une solution pour l'animal... Le lapin s'éduque, mais il faut de la patience et être prêt à ranger les affaires auxquelles on tient. Si on voulait un chat et qu'on s'est rabatu sur le lapin parce qu'on ne veut pas éduquer, et bien c'est râté ! Cela fait cependant du lapin un animal bien plus intéressant qu'une boule de poils qui tourne en ronds dans sa cage, à la manière d'un poisson dans son bocal. Plus intéressant mais du coup plus contraignant.
  • Le lapin fera de la saleté. Au début, il faudra lui apprendre la propreté en litière. Certains y arrivent tout de suite, pour d'autres ça prend un peu plus de temps... Une fois le lapin propre, vous aurez cependant du foin (voire de la litière) qui voltigera partout, qui se collera sous vos chausettes et que vous embarquerez dans toutes les pièces. Ou votre lapin qui jouera avec et en emmènera avec lui. Pour éviter la destruction de vos affaires et l'éduquer, il vous faudra des jouets. Cela permettra qu'il ronge ses jeux en bois plutôt que vos meubles. Mais de la même manière, il éparpillera ses chutes de jouets à droite et à gauche. Bref, si vous êtes accro du ménage, et que vous n'êtes pas près à supporter un brin de foin sur votre sol immaculé, oubliez l'idée d'adopter un lapin. Et encore une fois, l'enfermer en cage n'est pas la solution...
Waou ! C'est beaucoup de contraintes
Le lapin est un animal très attachant qui vaut toutes les contraintes qui en découlent. Mais si vous voulez un animal qui ne prend pas de place, qui ne salit rien, et qui ne change aucune habitude, oubliez !
Qu'on se le dise, le lapin est un animal qui coûte cher. Alors bien sûr si vous lui donnez de la nourriture bas de gamme, si vous l'enfermez en cage sans aucun jouet, et que vous n'allez jamais chez le véto, peu importe ce qu'il lui arrive, il ne vous coûtera pas grand chose. Mais dans ces conditions, ne prenez pas de lapin.
  • Si vous voulez un lapin en bonne santé, il vous faudra lui fournir une alimentation de qualité. Du bon foin, des légumes frais et éventuellement des granulés de qualité. Tout cela a un prix.
  • Si vous voulez un lapin, il vous faudra lui offrir le plus de liberté possible. Liberté va de pair avec la sécurisation de votre logement. Il vous faudra investir dans ce qu'il faut pour protéger vos fils électriques et tout autre objet dangereux.
  • Le lapin doit être vacciné tous les ans avec 2 vaccins. Et la stérilisation est aussi primordiale... Ces prestastions sont réalisées par un vétérinaire spécialisé en lapins. Et cette spécialité demandant plus d'études, les vétérinaires NAC sont plus chers que les vétérinaires classiques. Le lapin étant un animal fragile, vous aurez également des risques de devoir l'emmener en urgence pour soucis de santé, et ça va vite chiffrer.
Un lapin coûte donc cher ?
Si vous vous occupez de votre lapin comme il se doit, cela vous coûtera pas mal d'argent. Sachant que le lapin est un animal grégaire et que vous serez possiblement tentés de lui prendre un congénèraire. Le prix sera très vite multiplié par 2...
Les lapins sont des proies, les cohabitations sont donc à ne pas prendre à la légère.
  • Si vous avez un furet, il est trop risqué d'adopter un lapin. Le furet est un prédateur très dangereux et ce serait chercher les problèmes.
  • Pour les chiens, cela dépend du caractère. Beaucoup de lapins vivent en liberté totale avec des chiens... Mais il faut être sûr qu'il n'ait pas un instinct de prédation trop développé. Si vous avez un chien qui risque de vouloir chasser le lapin, prévoyez soit une pièce à part où le chien n'a pas le droit d'aller. Soit ne prenez pas de lapin. Adopter une proie en sachant qu'elle risquera sa vie si elle n'est pas en cage toute la journée est très triste. N'oubliez pas que le lapin n'a pas demandé à venir chez vous. Si vous voulez adopter, c'est à vous d'avoir les conditions nécessaires pour.
  • Pour les chats, aussi surprenant que cela puisse paraitre, ce sont souvent les lapins qui font leur loi. Mais tout comme les chiens, si vous avez un chat qui a un fort instinct de prédateur, ne prenez pas un lapin pour qu'il finisse enfermé.
  • Pour les cochons d'inde, la cohabitation est déconseillée. Ils n'ont pas exactement la même alimentation, sont porteurs sain de maladies dangereuses pour l'autre espèce, et ne s'entendent pas toujours aussi bien que la légende le laisse entendre. Ne prenez pas un lapin pour tenir compagnie à votre cochon d'inde ! Les 2 espèces sont grégaires et ont chacune besoin d'un copain de leur propre espèce. Ce qui est assez triste, c'est que les cochons d'inde sont difficilement propres en litière ce qui rend la liberté totale très compliquée. Cette cohabitation lapin/cochon d'inde est donc assez injuste pour le lapin qui se trouve privé de liberté totale pour rester avec le cochon d'inde.
Adopter un lapin si on a déjà d'autres animaux ?
La cohabitation dépend donc des espèces présentes chez vous et de leur caractère. Vous seul connaissez vos animaux et savez si l'adoption est raisonnable. Avoir un plan B autre que l'abandon ou l'enfermement est toujours utile.
Le lapin, contrairement au chat ne peut pas rester un week-end seul. Enfin vous pouvez le faire bien sûr, mais cela est justement beaucoup plus risqué. Le lapin est fragile et sa santé peut décliner très rapidement. Si par exemple, il refuse de manger, passé 24h, il est en danger de mort. Si vous partez un vendredi soir et qu'il tombe malade juste après votre départ, vous n'êtes pas sûr de le retrouver vivant le dimanche soir. Avoir un lapin implique donc de le faire garder ou d'avoir quelqu'un qui passe pour toute absence de plus d'une journée. Et ce n'est pas aussi simple qu'il y parait car tout le monde ne connait pas les lapins et n'a pas forcément envie d'avoir les contraintes citées plus haut, même pour un week-end...
Emmener son lapin avec soi ?
Les lapins ne sont en général pas très fan des voyages. Selon le caractère de votre lapin, il le supportera plus ou moins. Il faut aussi prévoir de pouvoir l'accueillir dans de bonnes conditions à l'arrivée. C'est selon vos préférences et son comportement. Mais vous devrez trouver une solution à chaque fois. Là aussi les abandons sont encore trop nombreux...
En plus d'être assez chers, les vétérinaires spécialistes en lapins sont assez rares. Il y a de nombreux déserts médicaux. Cela vous laisse le choix d'aller :
  • soit chez un vétérinaire de proximité, avec une issue qui peut être fatale. En effet, le lapin est un animal compliqué à soigner. Ainsi, un vétérinaire formidable pour un chien ou un chat peut se révéler être un désastre pour les lapins.
  • Soit accepter de faire de la route pour aller chez un spécialiste qui saura faire les soins adaptés.
Il faut aussi savoir que les bons granulés et les jouets adaptés ne sont pas toujours évidents à trouver. Bien évidemment, les animaleries ont des rayons très bien fournis. Mais malgré le lapin dessiné en gros sur la plupart des paquets, beaucoup de produits sont en réalité de vrais poisons... Il vous faudra donc soit commander sur internet, où vous trouverez beaucoup plus facilement des produits corrects. Soit chercher dans plusieurs magasins avant de trouver ce qu'il faut...
Je n'ai pas de moyens de transports !
Avant d'adopter un lapin, c'est important de vous renseigner sur le vétérinaire compétent le plus proche. Si vous n'avez aucun moyen de vous y rendre, il parait déraisonnable d'adopter un lapin. En cas d'urgence vétérinaire, devoir le regarder agoniser serait affreux.
Parce que c'est un animal hyper attachant ! Il a sa propre façon de s'exprimer, de ses petits sauts de joie appelés "binkies" à ses jetages sur le côté pour la sieste appelés "flop"...
Il n'y a pas besoin de le sortir comme un chien, ni d'hésiter à lui autoriser l'exérieur comme un chat, au risque qu'il ne revienne pas.
C'est un herbivore, parfaitement compatible avec le végétarisme et le véganisme.
Il peut faire des bêtises, seulement jusqu'à une certaine hauteur, contrairement au chat. Et ses crottes sont plus sympatiques à nettoyer.
En tant que proie, il faut apprendre la patience afin de mériter sa confiance. Ensuite, quelle relation extraordinaire !